L'OMS d'un point de vue économique

 

Économiquement elle est dépendante du Conseil économique et social des Nations Unis (ECOSOC). Le financement de l'organisation des Nations unies et de ses agences spécialisées est assuré par les contributions obligatoires des pays membres et par des contributions volontaires de toutes organisations, entreprises ou encore par des particuliers.

Dans un communiqué de presse du 24 Octobre 2011, Abulkalam Abdul Momen (porte parole du second comité de l'assemblé générale de l'ONU) indique les risques du développement des pays pauvres en raison du ralentissement économique des pays développés qui à cause de la crise financière mondiale n'ont plus les moyens de financer les actions humanitaires de l'OMS.« Aujourd'hui, les contributions fixes des États membres ne représentent plus que 20 % du budget de l'OMS contre 80 % pour les contributions volontaires. Ces dernières proviennent des États membres - certains pouvant être désireux de financer un programme spécifique -, de fondations philanthropiques et du secteur privé, les laboratoires pharmaceutiques, notamment. Destinées à un usage précis, elles peuvent fluctuer ou disparaître d'une année à l'autre. En 2011, leur baisse (de 10 % à 15 %) provoque un manque à gagner de 300 millions de dollars (210 millions d'euros), sur un budget total 2010-2011 de 4,5 milliards de dollars. D'ores et déjà, une réduction des dépenses est prévue dans les bureaux régionaux et au siège de Genève, où 300 postes sur 2 400 ne seront pas reconduits ». L'OMS doit se réformer d'un point de vue économique pour garder son indépendance vis à vis des pays et des entreprises pharmaceutiques.

2 votes. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×